Bachar

  • Considérant

la vitesse avec laquelle la population se renouvelle, allez savoir qui habitera là la prochaine fois que vous frapperez à cette porte.

CROP_HABIB_PLAN

La première fois, il y avait Bachar, Ahmad et Walid. Trois Kurdes syriens. Ahmad venait de se faire tabasser. Pommette fracturée, yeux pochés, incapable de marcher. Et pourtant nous avons chanté. Chanté et chanté, à huit dans 6 m2. En arabe, en kurde, en anglais. En espagnol et en français.

CROP_HABIB_COUPE

La seconde fois, Ahmad était parti en Allemagne, et Walid avait réussi à passer en Angleterre. Habib avait emménagé. Et on a chanté, de nouveau. Maudissant la peur. La nostalgie non pas comme tristesse, mais comme arme pour se réconforter avant de repartir de plus belle. Avec des yeux couleur café du Brésil…

CROP_HABIB_ELEV

La troisième fois, Bachar était absent. Il venait de se faire arrêter à la douane anglaise, après avoir réussi à passer la française. Et malgré cela, par messages interposés, sa volonté de continuer semblait intacte.

 

Bachar