Jalons

  • Considérant

que le jalonnement est la manière d’occuper un territoire en permanente mutation.

Le phénomène des Jungles ne fait qu’actualiser et renouveler une caractéristique majeure du paysage calaisien, qui est d’être mouvant et instable. Cette instabilité, fondée dans la géographie du territoire – une plaine battue par les vents, plusieurs fois reprise par les eaux marines et toujours menacée d’inondation -, s’est traduit par une histoire mouvementée, qui a vu les armées flamandes, françaises et anglaises aller et venir au gré de leurs succès militaires. Se promener dans le calaisis, c’est sans cesse rencontrer de tels espaces de la mouvance : la plaine sous contrôle d’une citadelle, la dune instable, l’estran et ses vasières, et pour finir, les Jungles et leur urbanisation en constante redéfinition.

JALONS_crop

Toutes ces tranches de paysage présentent par ailleurs une même structure élémentaire, qu’il est possible de lire comme une véritable matrice du paysage : élevé par rapport à l’étendue mouvante, un point fixe est solidement établi, qui la contrôle visuellement. Sur quelques kilomètres, nous trouvons ici des vestiges des fortifications de Calais dominant ses glacis, les bunkers allemands prévenant l’imminence du débarquement, les anciennes digues protégeant les prés salés, et désormais la levée sableuse qui entoure la jungle et surplombe l’étendue du no man’s land.

S’élever sur un point fixe, s’abstraire un moment du quotidien, dominer la plaine, sont des fonctions majeures de ce territoire que la Jungle a réactivées, lui rendant toute son intensité.

Jalons