Oiseaux

Considérant les stances de l’exil,

Par la plume et par le vent.

Considérant l’air et l’eau et le sable mêlés.

Considérant les heures et les jours et les mois, les années.

Les fragiles équilibres

Et d’invisibles fils tendus dessus les villes.

Considérant leurs nids

Comme autant de lieux de vie.

Considérant le feu

qui s’abattrait du ciel

sans même brûler leurs ailes.

J’ai vu à Calais des oiseaux.

Fermer Suivante Précédente